[2022] Des bouqu’1 sous le sap1 #11 : Grenouille mortelle

Envie de remonter un peu le temps ? Direction Rennes. On est en 1941 sous l'Occupation et on regarde la capitale bretonne à travers les yeux de Louis Feutrier, dit Loulou, jeune homme de 27 ans à la nonchalance tranquille. Une tranquillité toutefois entachée par un pneumothorax qui lui interdit de continuer le saxo, lui qui était pourtant l'espoir musical du Hot Club de Rennes. Comble du comble, sa Valentine le quitte, non sans lui laisser une grande amertume et une petite lithographie mystérieuse...

[cinéma] L’étrange Noël de l’Arvor : Saborder les fêtes sur grand écran

Comme chaque année, les séances spéciales de Noël se multiplient sur les petits et grands écrans. Cette année, la plus classe du lot aura lieu mercredi 21 décembre au cinéma Arvor avec pas moins de quatre excellents films pour célébrer irrévérencieusement les fêtes avec petits et grands avec toute la magie d'une salle de cinéma.

[2022] Des bouqu’1 sous le sap1 #7 : admirables Fossoyeuses

De la guerre de Bosnie-Herzégovine, on garde des souvenirs confus. On était au lycée et on ne comprenait pas bien les tenants et les aboutissants de ce qui se passait pourtant à quelques encablures seulement de chez nous. On se souvient par contre d'un abîme de violence, de morts par milliers et de mots qui résonnent encore fortement : épuration ethnique, massacres, charniers, crimes de guerre, crimes contre l'humanité, génocide. Les Fossoyeuses est le récit implacable de ces événements, abordés d'un point de vue assez singulier : le travail de deux femmes qui "font parler les morts et les vivants". Tout se passe en Bosnie-Herzégovine sur les cendres de cette guerre qui a débuté en 1992, plus particulièrement sur les corps exhumés des charniers que l'on découvre encore aujourd'hui. On estime en effet que cette guerre a causé la mort de 100 000 civils et militaires bosniaques, serbes et croates et que ce chiffre comprend également les 31 500 personnes disparues.

[2022] Des bouqu’1 sous le sap1 #5 : vous reprendrez bien du sanglier enragé pour le repas de Noël ?

Il est australien, pèse la bagatelle de 500 kilos, court aussi vite qu’un taureau de corrida, est reconnaissable à la rayure blanche qui zèbre ses soies noires et à sa défense gauche plus longue et plus acérée que la droite. Lui, c’est un cochon retourné à l’état sauvage, un cochon féral dans le lexique du bush australien, La Bête pour le traducteur de Kenneth Cook.

[jeu clos] Aliens, le retour de James Cameron @ Arvor

Pour sa dernière session de 2022, le Film Du Dimanche Soir de l’Arvor joue malicieusement avec l'actualité. Le cinéma vous offre l'occasion de voir ou revoir sur grand écran dimanche 18 décembre un des sommets de la filmographie de James Cameron : Aliens, le retour. On vous offre trois chances de gagner votre place au côté de Ripley et de Newt.