Start’in block 17 à l’Antipode

affiche Antipode start'in block 17 Yoann BuffeteauL’Antipode a entre autres pour vocation de mettre en avant la scène locale et de favoriser l’émergence des groupes en devenir. La salle rennaise a donc mis en place la Start’in block il y a déjà pas mal d’années. Le concept est simple : offrir un temps de résidence aux groupes émergents de la scène locale à l’Antipode et leur proposer d’investir la scène le temps d’un concert dans des conditions professionnelles.

Start’in block : le principe

La Start’in block en est déjà à sa dix-septième édition. Plusieurs groupes de la région ont ainsi profité de ce tremplin pour travailler dans des conditions professionnelles. L’année dernière, ce sont Shtok, Mess Zero, Splash Wave et Monkey & Bear qui sont passés par la Start’in Block pour entamer une belle année scénique. Jugez plutôt : Shtok a été programmé au Grand Soufflet, tandis que Splash Wave et Monkey & Bear se sont produits, entre autres,  lors des dernières Trans Musicales.

Vendredi prochain, ce sont donc quatre nouveaux groupes qui seront en concert après un travail en amont avec l’équipe de l’Antipode : Bertram Wooster, We are Van Peebles, Dead Swallows et The 1969 Club. Les musiciens sont accueillis par l’équipe technique de la salle afin d’effectuer des répétitions plateau, filages ou d’élaborer leur fiche technique dans des conditions professionnelles, la semaine qui précède le concert. Dès lundi 16 janvier, les groupes ont commencé leurs répétitions, à raison d’un jour par groupe.

Une soirée au programme éclectique et prometteur :

L’un des véritables points forts de ce dispositif est de ne pas se cantonner à un genre musical et de proposer une affiche variée le même soir.

Cette année, les groupes retenus peuvent tout autant proposer un croisement entre folk et toy music avec Bertram Wooster, qu’une noise post punk puissante toute guitare dehors avec les We are Van Peebles, flirter avec un garage rock tout en énergie pour The 1969 Club ou bien avec une pop psyché progressive mâtinée de krautrock pour Dead Swallows… Et à entendre les enregistrements de ces quatre formations, la qualité risque vraiment d’être au rendez-vous.

Bertram Wooster PopetryOn vous avait par exemple déjà parlé de Bertram Wooster (ici), dont l’album Popetry sorti en octobre 2011, a su conquérir les oreilles curieuses. Au départ, Bertram Wooster, qui existe depuis 2005, est l’œuvre du musicien compositeur Olivier le Blouch. Mais le projet se nourrit de diverses collaborations. Olivier le Blouch définit d’ailleurs cet album comme « une accumulation de coïncidences et de rencontres » . Au programme : toy piano, ukulélé, mélodica, métallophone, tambourin, accordéon, violon ou flûtes pour un univers pop folk aux réminiscences enfantines.

Et question lyrics, inutiles de dire que c’est plutôt de haute volée, puisqu’elles sont signéss de Byron, Yeats, Keats ou Lewis Carroll (rien que ça !). Pour ce concert à l’Antipode, Bertram Wooster devrait proposer une formation de cinq musiciens (guitare, basse, batterie, flûte et quelques instruments jouets). On attend avec impatience d’entendre de quelle manière le groupe transposera sur scène ses écrins pop délicats.

Bandcamp de Bertram Wooster : http://bertramwooster.bandcamp.com/album/popetry

dead-swallows-site1Guillaume Mouillet (guitare, voix), Geoffroy Langlais (batterie, percussions), Nicolas Terroitin (basse, choeurs) et Antoine Garrec (claviers, choeurs) sont les quatre membres de Dead Swallows, toute jeune formation qui n’a que quelques concerts à son actif mais qui compte en son sein plusieurs musiciens issus du conservatoire.

Entre pop progressive et psychée, leur musique navigue entre des ambiances musicales qui nous rappellent Virgin Suicides avec un titre comme Anyway, mais peut aussi mélanger dans un même morceau break de pop planante et sons plus crades (Dirty Moan) par exemple.

Pour le moment, pas de « réelle » sortie discographique pour Dead Swallows, mais le groupe a prévu d’enregistrer prochainement un ep 5 titres.

Noomiz de Dead Swallows : http://www.noomiz.com/deadswallows

we-are-van-peebles-site2On avait manqué les We are Van Peebles au Jardin Moderne lors de la soirée d’ouverture de Bars’n Rennes l’année dernière. Mais après ce concert, les retours sur la prestation du trio noise rennais ont souvent été plus que positifs, si ce n’est dithyrambiques. On n’a donc pas été étonné de les retrouver à l’affiche d’une soirée K-Fuel en octobre dernier…

Première caractéristique : le groupe ne propose pas un trio guitare-basse-batterie, mais deux guitares-batterie. Et tout ça au service d’une noise du meilleur aloi, qui tabasse bien. Pour qui apprécie les Shipping News, Shellac, At the drive-in, Mc Lusky ou plus près de nous Papier Tigre (nous en sommes), la musique de We are Van Peebles vaut le détour.

Des compos à la fois puissantes et inventives, avec de vraies bonnes trouvailles, un batteur qui dépote sans être monolithique, un dialogue entre les guitares tout en richesse et les trois musiciens qui alternent aux voix (on ne dira pas « chant » , on est davantage du côté des Shipping News que de, au hasard, Morrissey) font du trio l’une des révélations de la scène noise locale. Bref, au final, un groupe dont on attend la prestation avec impatience.

Bandcamp de We are Van Peebles :

http://wearevanpeebles.bandcamp.com/track/the-lie-for-summer-sound-2

01-the1969club-com1The 1969 Club n’est pas inconnu de nos lecteurs assidus puisqu’ils étaient en interview pour Bars in Rennes en juin dernier et surtout mis à l’honneur de la 19ème édition de l’Echo du Oan’s (interview + concert acoustique).

Le trio propose des morceaux à forts voltages aux sonorités rock, garage et disco, bien électrisés par une chanteuse bassiste qui se fait appeler Hermann Lopez (basse/chant). La demoiselle a du charisme et dégage une sacrée énergie sur scène. Accompagnée par Charlie B. (guitare) et Douglas (batterie/chant), la jeune femme joue de sa basse de droitier à l’envers (?) tout en sautillant et en chantant avec force conviction.

The 1969 Club ont la pêche et donnent sans compter. Et quand on leur parle de leurs influences, ils nous répondent du tac au tac : « all the good ones » . Tout en affirmant surtout vouloir faire du « 1969 Club » . On ne pense donc pas se tromper en avançant que ça devrait dépoter sec sur la scène de l’Antipode vendredi !

Myspace de The 1969 Club : http://www.myspace.com/the1969club

Aussi, pour un prix plus que raisonnable -pour ne pas dire dérisoire- (3 euros ou gratuitement si vous êtes membres), n’hésitez pas à aller découvrir des groupes émergents qui méritent d’être mis sur le devant de la scène.

A retrouver également,  pour en savoir plus, les podcasts de 90B dans lesquels Yann présente les quatre groupes à l’affiche ici.

__________________________________________

affiche Antipode start'in block Yoann BuffeteauL’Antipode MJC présente la Start’in block #17 avec Bertram Wooster, Dead Swallows, We are Van Peebles et The 1969 Club le vendredi 20 janvier à 20h30 (Antipode, 2 rue André Trasbot, Rennes).

Membres : entrée libre / Tarif unique : 3€

Le site de l’Antipode : http://www.antipode-mjc.com/

Bandcamp de Bertram Wooster : http://bertramwooster.bandcamp.com/album/popetry

Noomiz de Dead Swallows : http://www.noomiz.com/deadswallows

Bandcamp de We are Van Peebles : http://wearevanpeebles.bandcamp.com/track/the-lie-for-summer-sound-2

Myspace de The 1969 Club : http://www.myspace.com/the1969club

2 commentaires sur “Start’in block 17 à l’Antipode

  1. Max

    Mc Lusky hein ! pas Mc Clusky ;)

  2. Isa

    Arf !!! merci !!! shame on me, j’ai tapé trop vite…
    c’est corrigé ;-)

Laisser un commentaire

* Champs obligatoires