Du sucre à l’Antipode – Tamla Motown

L’Antipode propose tous les mercredis, en fin d’après-midi, un temps d’échanges, de rencontres  et de découverte autour, éventuellement, d’un café, d’un thé ou d’une grenadine à l’eau… C’est le Café Citoyen. Qu’il s’agisse de dégustation culinaire, de la place des femmes dans le monde professionnel ou de la venue d’un conteur, ces moments privilégiés sont accessibles à tous ceux qui le souhaitent… Il suffit de rentrer et de s’asseoir. C’est dans ce cadre que Christophe Brault est venu tenir une conférence sur le label musical américain  « Tamla Motown ». Tout ça devant un public nombreux, curieux et attentif.

Supremes - Tamla MotownPendant deux heures (enfin, un peu plus), Christophe Brault va expliquer, disséquer la réussite immense de ce label monté  en 1959, par Berry Gordy, l’homme qui hésita entre une carrière de boxeur et d’artiste et qui fonda la Motown avec 800 dollars prêtés par sa famille. Véritable usine à tubes, la structure basée dans la Motor City (Detroit), va survoler les années 60 en résistant à la « british invasion » et en imposant ses morceaux soul aux premières places des hit-parades. La musique noire va trouver un public blanc.

A la Motown, on travaille 22h sur 24 (2 heures pour faire le ménage !) et même les secrétaires enregistrent un choeur ou une partie vocale à l’occasion. Christophe Brault insiste sur l’esprit d’entreprise qui anime Berry Gordy. Tout est minutieusement étudié, pensé et réalisé : une des meilleures équipe de compositeurs Holland/Dozier/Holland pendant plusieurs années, des musiciens de studio hors-pair, des commissions hebdomadaires pour retenir les titres qui pourraient sortir et devenir des succès (imaginez un peu, chaque vendredi, seulement 10%  de ce qui a été produit par les studios, est retenu), mais aussi une équipe de choc qui enseigne aux artistes comment occuper la scène, la technique vocale (Les Supremes ? Besoin de technique de chant ? On croit rêver..), la danse et même des cours de maintien en société, pour ces gamins et  gamines souvent issus des ghettos noirs.

2010-05-BRAULT-MOTOWN - 2Et c’est là qu’il faut souligner le talent du conférencier. Christophe Brault n’hésite pas à donner de sa personne. Il se met à marcher comme un mannequin, avec les pieds qui se croisent, danse le Temptation Walk (une jambe raide, un pied qui passe derrière) devant un public épaté, lève les bras et se lâche sur les titres les plus disco et n’hésite pas à chantonner les tubes de la Motown. Il va même jusqu’à chanter les paroles traduites d’un tube Motown  « tartes au sucre et gâteaux d’miel » en déclenchant l’hilarité générale. Il démontre pareillement l’utilité de se régler sur le tempo de la marche pour réussir à composer un hit en se prêtant lui-même à l’exercice.

Et des tubes, autant dire qu’il y en a. Et c’est la force de cette conférence de nous proposer pour chaque artiste un extrait sonore. On se rend vite compte que la majorité des morceaux (du moins pendant la période de l’âge d’or) est imparable et que même les rares oubliés sont aussi bons. D’une soul rhythm and blues des premiers temps, aux compositions plus funky des années 70, Christophe Brault passe tout en revue. Il parle aussi bien des artistes les plus connus (les Supremes, bien sûr, Marvin Gaye, Stevie Wonder, les Temptations, Smoky Robinson, les Jackson 5, les Four Tops, Martha & the Vandellas, et j’en passe…) que de ceux qui n’ont sorti qu’un 45 tours sur la célèbre structure.

2010-05-BRAULT-MOTOWN - 3Riche d’anecdotes souvent piquantes (il faut dire que Berry Gordy était un personnage), le propos de Christophe Brault trouve son public et la présentation est ponctuée d’éclats de rire.

En outre, les projections d’images sont un vrai plus qui viennent illustrer et souligner les explications données. Riche, érudit sans être pédant, Christophe Brault réussit à captiver son auditoire jusqu’à la fin de sa présentation. Il promettait au début de son intervention : « vous allez voir, en rentrant chez vous, ce soir, c’est sûr, vous chantonnerez un titre de la Motown »…

Promesse tenue. On repart des « baby love, my baby love » et du sucre plein la bouche et les oreilles.


Après la conférence, l’Antipode proposait en outre un concert de reprises des hits de la Motown par les étudiants de 3e cycle en Musiques actuelles amplifiées du Conservatoire de Rennes.

La Bibliothèque de Rennes était partenaire de cette journée et propose une sélection des albums et compilations de la Tamla Motown accessible à tous.

———————————————–

Le site du Café-Citoyen à l’Antipode : http://www.antipode-mjc.com/cafe-citoyen-et-rencontres/

5 commentaires sur “Du sucre à l’Antipode – Tamla Motown

  1. Paul

    Quelqu’un aurait il enregistré cette conférence ?
    A vrai dire, si vous avez des liens vers des enregistrements de conférences de Christophe Brault (n’importe lesquelles, c’est passionnant à chaque fois!), je suis preneur…

  2. isa

    Hello Paul…
    Je ne sais pas trop s’il y a eu enregistrement pour la Motown… Peut être l’Antipode a fait quelque chose mais sur le moment il ne m’a pas semblé.
    En ce qui concerne les enregistrements de Christophe Brault, je sais de source sûre que Le Club avait fait une interview d’une heure environ lors de la sortie de son guide des albums de 1964 à 2004 qui est disponible là :
    http://theclubhostess.podomatic.com/entry/eg/2005-11-24T07_58_33-08_00

    Si je trouve d’autres infos, je te les envoie, concernant d’autres enregistrements de conférence…
    en tout cas, normalement il est à Art Rock samedi. Les infos là :
    http://alter1fo.com/expositions-projections-spectacles-et-rencontres-a-art-rock-2010-18018

  3. fafa

    Bin dis donc , il va falloir publier les dates de la tournée de christophe maintenant !

    Christophe, tu vois qu’il y a des gens qui suivent ton actu (d’ailleurs , laissez lui un petit mot, une critique, un petit commentaire dans sa rubrique, je sais qu’il va voir de temps , en temps… dés fois que des fans aient postés des retours sur son émission, des encouragements, des critiques, .. bref des commentaires)

  4. Fix

    Le Club ? Cette réunion de Ladies and Gentlemen qui …

Laisser un commentaire

* Champs obligatoires