Santa Cruz, sessions acoustiques @ 4Bis

Santa Cruz

Nous avions pris une bonne rafale d’émotions lors du concert acoustique de Santa Cruz en décembre 2011 dans la Salle de la Cité, à l’occasion du festival Réveillons-Nous. Les 6 musiciens, placés en cercle sur un tapis, revisitaient leur répertoire en acoustique avec l’ensemble du public assis autour d’eux. Depuis, l’excellent Elvis in Acapulco est sorti, mais le groupe n’a pas délaissé la formule acoustique, bien au contraire : MicrOrgan est sorti il y a quelques jours sur l’inévitable label Les Disques Normal, et même s’il ne contient qu’un inédit (subtile reprise d’Amy Winehouse, You Know I’m no Good), c’est une véritable redécouverte. Un bel équilibre (2 titres de chacun de leurs précédents albums), et surtout de sublimes arrangements acoustiques : les musiciens ont tout simplement réécrit leurs morceaux qui prennent de nouveaux atours. A l’écoute de MicrOrgan, on a même la délicieuse sensation d’atteindre l’essence même des compositions. On ne peut que vous conseiller de partager ce moment de pur bonheur avec les musiciens de Santa Cruz, au 4Bis le samedi 31 mai (20h30) et/ou le dimanche 01 juin (16h30).

Nous avions rencontré Pierre-Vital Gerard, chanteur et guitariste de Santa Cruz, il y a quelques mois à l’occasion de la soirée consacrée à l’épatante compilation Embedded du formidable label In My Bed. Après avoir évoqué  Elvis in Acapulco, Pierre-Vital nous avait parlé des concerts acoustiques que le groupe (et le public) affectionnaient tout particulièrement. Avec aussi une évocation du titre Sad and Lonely, qui figure sur Embedded mais aussi sur MicrOrgan (parfait exemple, parmi tant d’autres, d’une transposition acoustique réussie). Interview.

MicrOrgan

Alter1fo : Vous avez des dates électriques mais aussi de plus en plus de dates acoustiques. Vous avez d’ailleurs fait récemment une captation vidéo au Campement Dromesko. Tu parlais « d’une expérience plus intime, qui dénature moins le son ». Il y a une volonté d’aller de plus en plus vers l’acoustique ?

Pierre-Vital : C’est une formule parmi les autres, mais il se trouve qu’en ce moment, on joue beaucoup en acoustique, parce que les programmateurs nous la demandent. Parce que ça répond à une demande du public. Le groupe joue en rond, et le public est tout autour du groupe, et les enceintes sont situées aux quatre coins de la salle : le public et le groupe ont le même son, et c’est très important. C’est une expérience qui n’est pas fréquente pour un spectateur. C’est beaucoup plus intime : le retour du public est étonnant, car il ressent la musique plus intensément. Il y a quelque chose que nous-mêmes ne maîtrisons pas : une proximité, un chaleur qui se dégage. Ca va au-delà de ce qu’on joue, la configuration met le public dans une écoute et une attention différente. En ce moment, c’est cette formule qu’on nous demande, ça doit répondre à un besoin d’autrement.

Pour l’avoir vécu au festival Réveillons-nous en décembre 2011, c’est assez déstabilisant, on est assis à un mètre, c’est un peu troublant au départ. On se sent acteur du moment, alors qu’on est habituellement planqué dans la foule.

Effectivement, dans cette formule-là, personne ne peut tricher. Ni le groupe, ni le public. Si l’attention retombe, ça ne fonctionne plus. S’il y a une attention particulière, ça crée un climat qu’on ne vit pas souvent lorsqu’on va à un concert. Et pour nous, c’est un pied total.

Au niveau musical, plusieurs spectateurs nous ont dit prendre plaisir à écouter notre musique sans filtre ni artifice. Tout ce qui va dénaturer le son : de l’ampli électrique jusqu’aux pédales de guitares et aux enceintes qui font trois mètres de haut, et qui changent le son. On n’a pas une voix qui crache 20 000 watts (rires). Tous ces filtres changent la musique : je n’avais pas pensé à ça au début de la formule acoustique, mais c’est quelque chose qui revient souvent chez les gens. Entendre la musique brute, sans filtre ni artifice de production. Il y a des artifices, puisque ce sont des compositions arrangées, il y a plusieurs intruments… Mais il y a ce sentiment d’être au coeur de la musique.

Santa Cruz

Photos : Laurent Guizard

Ca fait penser au côté privilégié du concert en appartement, cette impression de n’être que quelques spectateurs.

Effectivement, il peut y avoir 300 spectateurs autour du groupe, on a quand même l’impression d’être peu nombreux, d’être privilégiés.

On remercie Claude Guinard et La Station Service de nous avoir proposé ce projet en 2009 aux Tombées de la nuit, parce qu’on prend un pied immense. Depuis, on l’a fait dans des bars, au milieu de la salle de la Cité, en festival. Et tout récemment dans un gymnase au festival Ilôphone à Ouessant : au départ, on s’est dit que ça allait être un peu glauqhe, mais une fois que les lumières s’éteignent et que le public s’installe autour de nous, les gens ne sont plus du tout dans le même espace. Ils ont l’impression d’être dans un lieu beaucoup plus confiné et à la fin du concert, quand les lumières se rallument, ils ont l’impression de se réveiller. Au bout de cinq minutes, on avait tous oublié où l’on se trouvait. Ce soir-là, Miossec nous a rejoint pour faire trois morceaux à lui en acoustique, c’était magique, très touchant.

Comme on tourne de plus en plus avec la formule acoustique, on a décidé de faire un album acoustique, qu’on a enregistré à Rochefort-en-Terre en mai dernier, et qui devrait sortir au printemps prochain. Et on a donc fait une captation vidéo il y a quelques jours, pour permettre aux programmateurs d’avoir de l’image, pour pouvoir se projeter. Parce que lorsqu’on leur dit qu’on peut jouer partout, sauf sur scène, c’est un peu perturbant (rires). Ils peuvent investir des lieux très variés, un hall, une chapelle, tout est possible. Ca peut être partout, sauf sur scène. Enfin si, mais si le public est avec nous sur scène : ce qu’on va faire prochainement à Rochefort, dans un théâtre à l’italienne. On sera au mileu de la grande scène et le public sera sur scène, tout autour de nous.

Il reste beaucoup d’endroits à explorer ! Vous risquez de vous retrouver dans des lieux improbables…

C’est le but ! (rires)

Santa Cruz, Live in Circle, filmé et réalisé par Christian Beuchet

(…)

 

Sad and Lonely, c’est un titre que tu avais dans les cartons, ou bien il a été spécialement composé à l’occasion ?

C’est un titre que j’ai proposé la veille, on l’a répété dans la foulée. Et on l’a enregistré le lendemain. J’avais déjà le texte et j’ai écrit sur place le petit laïus de la fin, avec la voix radio.

On a du mal à imaginer le passage de l’acoustique à la version finale en si peu de temps, quand on entend la richesse des arrangements.

Les arrangements c’est je crois le point fort de Santa Cruz. On apporte tous notre grain de sel en étant très respectueux des chansons. Et puis le studio est toujours très inspirant. Par exemple, on a trouvé les choeurs du refrain au moment de les enregistrer. C’est difficile à froid de les imaginer : ils viennent lorsqu’on a les casques sur les oreilles, qu’on entend les instruments qui se répondent.

Je ne suis pas capable d’inventer seul tous ces arrangements dans ma tête. Et puis je n’essaye même pas, parce que j’adore entendre des arrangements auxquels je n’aurais jamais pensé.

(…)

Merci beaucoup

Merci à toi

Retrouvez l’intégralité de l’interview ici.

Santa Cruz @ 4bis, samedi 31 mai à 21h et dimanche 01 juin à 17h (ouverture des portes 1/2 heure avant), 8 euros (5 euros pour les – de 12 ans)

Pour réserver, c’est ici.

_________________________________

Plus d’1fos (et de musiques) sur le site de Santa Cruz


2 commentaires sur “Santa Cruz, sessions acoustiques @ 4Bis

  1. yann

    Merci, j’ai rajouté le lien !

Laisser un commentaire

* Champs obligatoires