Pick’O’Rama par Mamoot @ Bars en Trans

Pick'O'Rama par Mamoot

En plein cœur du festival des Trans Musicales et des Bars en Trans, une jolie parenthèse à destination des enfants (et de leurs parents) avait lieu au Théâtre de la Parcheminerie. Co-organisé par les Bars en Trans, l’Armada Productions et Lillico, Pick’O’Rama est une création du groupe Mamoot. Quatre musiciens que l’on croise depuis pas mal d’années sous leurs projets respectifs : Michel Le Faou à la guitare et au chant (The Enchanted Wood), Pierre Marolleau à la batterie (Fat Supper, Fordamage…), Yoann Buffeteau (Fat Supper, Monstromery…) et Antoine Bellanger (Gratuit) aux claviers et à la guitare. Des musiciens qui naviguent dans des contrées musicales diverses (rock, folk, electro, pop…) avec comme dénominateur commun de faire partie de scènes musicales indépendantes : Pick’O’Rama a pour ambition de faire découvrir ces scènes au jeune public. Preuve que l’attente est réelle, les deux concerts programmés l’après-midi affichent complets. Pour patienter avant les concerts, les enfants ont pu expérimenter le labo photo ou réaliser des cartes pop-up et des badges (merci l’Armada Productions !).

img_8516

Les deux vidéos que l’on pouvait visionner sur la toile nous faisaient saliver et on attendait avec impatience de découvrir le résultat scénique, sans trop d’inquiétudes : les spectacles de l’Armada Productions nous ont plus d’une fois emballés et le cv des musiciens laissait espérer le meilleur. Mais on n’imaginait pas à être scotché à ce point : dès le premier morceau, Diy Road Robot, on se laisse happer par la rondeur de la basse et par les choeurs renforcés par le magnifique visuel aux onomatopées colorées. Les ambiances musicales se succèdent : le rock indé et ses guitares saturées, le hip-hop avec le flow de Pierre Marolleau, les ritournelles pop réhaussées par de jolis choeurs (Love). La voix de Michel Le Faou nous envoie dans l’Espace, sous les yeux des zouzous hypnotisés par le clip joyeux et décalé.

img_8663

L’occasion de signaler les superbes visuels réalisés par Michel Le Faou et Yoann Buffeteau : courts-métrages de fiction et d’animation, stop motion donnent un savoureux mélange d’humour et de poésie. Mamoot revisite avec beaucoup de dérision tous les codes du rock, notamment lors du solo de guitare d’Antoine, qui finit exsangue sur le sol. Le son est saturé juste ce qu’il faut, les lumières sont très réussis (par Loïg Nguyen) et l’énergie dégagée par les musiciens est diaboliquement communicative. On avoue avoir les guiboles qui démangent, et certains enfants ne se priveront pas de venir danser au pied de la scène. A la fin du set, Antoine Bellanger chante parmi le public accompagné d’un petit synthé, puis disparaît afin de ressurgir sous les traits de Mamoot, pour un final complètement débridé.

img_8681

Pick’O’Rama réussit doublement son pari : celui de captiver de jeunes enfants qui découvrent pour la plupart leur premier concert rock, mais aussi celui de bluffer leurs parents avec des compositions exigeantes et parfaitement troussées. Sans oublier les pointes d’humour comme sur l’excellent générique de fin, truffé de références télévisuelles et cinématographiques. Si vous avez manqué cette petite merveille, vous avez de la chance : séances de rattrapage lors du festival Travelling (le 12 février 2017 à L’Etage, 11h et 15h).

Diaporama de Pick’O’Rama (photos : Yann)

Laisser un commentaire

* Champs obligatoires