[11 Octobre 2019] – Un jour, une photo : « Défend Rojava ! »

Boulevard de l’Yser,       « Une image vaut mieux que mille mots ». Cette rubrique à Alter1fo, « 1 jour, 1 photo » n’ira pas à l’encontre de la citation de Confucius puisqu’elle laisse une place importante aux instantanés de vie figés par les appareils photographiques et le regard de nos rédacteurs. Retrouvez […]

[05 Octobre 2019] – Un jour, une photo : Un rassemblement entre colère et émotion…

Place de la république, Samedi 05 octobre, un rassemblement en soutien aux personnes exilées s’est déroulé dans le centre-ville de Rennes, place de la République. Malgré une mobilisation en baisse, les nombreuses prises de paroles ont de nouveau mis en lumière les conséquences dramatiques d’une politique de plus en plus répressive à l’encontre des migrant·e·s.  […]

Concert spontané au campement des Gayeulles

Le parc des Gayeulles à Rennes accueille depuis l’été un campement de près de 400 personnes sans logement dont une cinquantaine d’enfants, des mineur.e.s non accompagné.e.s, des personnes vulnérables en très grande précarité, des demandeurs d’asile… Depuis 8 semaines, bénévoles, associations diverses et donat.rice.eur.s se mobilisent sur le campement pour améliorer les (invivables) conditions sanitaires […]

[07 Septembre 2019] – Un jour, une photo : Nouveau rassemblement en soutien aux personnes exilées

Place de la République, Samedi dernier, un nouveau rassemblement a eu lieu place de la République. Avec une distribution de tracts et des prises de paroles, l’action avait notamment pour but d’informer les habitant·e·s de Rennes sur la situation au campement du parc des Gayeulles. Aujourd’hui, celui-ci accueille entre 360 et 380 personnes, dont une […]

[Histoire] : Au 23 de la rue d’Inkermann, on feignait d’oublier la guerre d’Espagne…

Nous sommes en 1937. Quartier Arsenal-Redon... Le long de la rue d’Inkermann, il n’est pas rare d’entendre des injonctions dans la langue de Miguel Hernández. Et pour cause ! Au numéro 23, la vieille bâtisse est réquisitionnée par la préfecture d’Ille-et-Vilaine pour héberger une centaine de personnes, principalement des femmes et des enfants, qui ont fui l’Espagne alors en pleine guerre civile. Poussées sur les routes de l’exil, elles font parties de la première vague de réfugié·e·s accueillie  dans notre département avant la terrible ′Retirada′ de 1939. Ainsi et dès que le temps le permet, les enfants ne se privent pas pour aller jouer dehors dans le jardin. Crier, courir, se défouler sont des étapes bien utiles pour essayer de retrouver un semblant d’innocence malgré les horreurs vécues et perpétrées par les adultes de l’autre côté des Pyrénées . Retour sur une histoire trop peu connue.