[Histoire] : Au 23 de la rue d’Inkermann, on feignait d’oublier la guerre d’Espagne…

Nous sommes en 1937. Quartier Arsenal-Redon... Le long de la rue d’Inkermann, il n’est pas rare d’entendre des injonctions dans la langue de Miguel Hernández. Et pour cause ! Au numéro 23, la vieille bâtisse est réquisitionnée par la préfecture d’Ille-et-Vilaine pour héberger une centaine de personnes, principalement des femmes et des enfants, qui ont fui l’Espagne alors en pleine guerre civile. Poussées sur les routes de l’exil, elles font parties de la première vague de réfugié·e·s accueillie  dans notre département avant la terrible ′Retirada′ de 1939. Ainsi et dès que le temps le permet, les enfants ne se privent pas pour aller jouer dehors dans le jardin. Crier, courir, se défouler sont des étapes bien utiles pour essayer de retrouver un semblant d’innocence malgré les horreurs vécues et perpétrées par les adultes de l’autre côté des Pyrénées . Retour sur une histoire trop peu connue.

[29 juin 2018] – Un jour, une photo : Prends-en de la graine !

La haute Taillais, Dans un monde où l’individualisme semble être omniprésent, il existe, à l’instar du village d’Astérix, des irréductibles lieux de résistance, des îlots de partage, d’échange et de « mise en commun » : bibliothèques de rue, frigos solidaires, jardins partagés, cafés suspendus… Au lieu-dit de la Haute-Teillais près de Rennes, dans une ancienne […]