Mythos 2017 : 21ème édition sous le signe du plaisir !

Après avoir dignement fêté ses 20 printemps l’an dernier, le festival Mythos sonne à nouveau à notre porte… Une 21è édition, du 30 mars au 09 avril 2017, délibérément placée sous le signe du/des plaisirs : comme un pied de nez géant aux actualités sordides et effrayantes qui inondent le quotidien ; des propositions théâtrales et musicales sous le signe de l’amour et du baume au coeur. Envie de free hugs ? courez donc au Thabor ! 

Lecture subjective du programme copieux de cette 21è édition :

Un maître mot : du love sur vous ! 

Jonglant entre théâtre et musique, Mythos suit le fil rouge de l’amour cette année. De la déclaration d’amour dans Doreen de David Geselson au TNB, en passant par la séduction mise en scène par Jérôme Rouger dans Plaire, abécédaire de la séduction, ou du premier baiser évoqué par Adèle Zouane dans A mes amours jusqu’à l’Opéraporno (pour adultes seulement) – lecture musicale chantée borderline de Pierre Guillois et Nicolas Ducloux. Si le théâtre nous offre un condensé du Big Love, la musique ne sera pas en reste ! Clarika présentera son nouvel album De quoi faire battre mon coeur inspiré d’une rupture amoureuse douloureuse et les Garçons manqués proposeront une lecture musicale intitulée Des Nouvelles de l’amour. Plaisirs, vous avez dit plaisirs ?

Des mots et des histoires – Des histoires et des mots

Pepito Mateo, qu’on ne présente plus à Mythos, revient avec ses Histoires aléatoires, gros succès en 2016. Des histoires, il y en aura, et sur tous les sujets…

  • Des figures de femmes : dans Passagères de Bernadète Bidaude, pour un voyage au féminin sur la Péniche Spectacle, ou encore dans Sandre du collectif Denisyak qui incarne l’histoire d’une femme brisée par la vie (Théâtre de la Parcheminerie). On ne ratera pas au Pont des Arts à Cesson Sévigné la performance autobiographique Au Galop ! où Stéphanie Chêne, ancienne danseuse accidentée, combattant les entraves du handicap, raconte sa vie en mode suspension.

  • La différence : qu’elle soit décrite via un voyage en Afrique au gré des clichés et des différences mises en scène par La Soi-disante Cie dans Attifa de Yambolé, ou incarnée par un duo chorégraphique, We love arabs, aux vertus politiques éminamment salvatrices à l’heure actuelle (Théâtre de la Paillette)…
  • Et puis malgré tout, malgré la bonne volonté des programmateurs du festival Mythos, impossible d’échapper à cette actualité sombre et sordide… Celle des réfugiés dans Sous le pont d’Amre Sawah au Théâtre du Vieux Saint-Etienne ou encore dans Sans laisser de trace de Rachid Bouali à La Parcheminerie. Le phénomène de radicalisation (côté cathos traditionalistes) sera incarnée par une femme pharmacienne dans Le Fils de David Gauchard à l’Aire Libre. On reviendra aussi sur le massacre perpétré à Emsdetten par un jeune adolescent dans Le 20 novembre de Lena Paugam à La Paillette.

  • Les histoires en construction et travaux à suivre sont au nombre de cinq pour cette édition : entre la Paillette et la Parcheminerie, découvrez Gilgaclash, spectacle-concert entre hip-hop et contes ancestraux ; Hybris, une histoire entre Elle et Lui qui disent Je t’aime de toutes les manières jusqu’à l’épuisement ; Aveugles, qui témoigne du collectif en construction entre 4 individus ; Remue-Méninges qui interroge le cerveau sous toutes ces facettes ; et enfin, Je suis la bête, récit poétique sur la figure de l’enfant sauvage. Venez soutenir et dialoguer avec ces artistes !
  • Il y en aura aussi pour les plus petits ! Du conte, dans toute sa splendeur avec Victoire Magloire de Konpani Ibao ou comment découvrir l’histoire de la première guerre mondiale à travers les yeux d’un réunionnais parti au front. Drôle de chute, du Théâtre du pré perché, aussi s’inscrit dans la tradition pure et dure du conte : ici, un grand-père accroché à un arbre par le pied raconte des histoires pour passer le temps…

Les inclassables, entre musique et performance théâtrale, hors-et-entre les murs… 

Yan Duyvendack revient à Mythos ! En 2015, il avait présenté Please Continue Hamlet, performance fleuve et phare d’un vrai-faux procès, qui nous avait littéralement subjuguées. Cette année, en collaboration avec Omar Ghayatt, le performer suisse vous invite à assister à Still in Paradise. Inspirée des pintemps arabes, ce dispositif invite le public à s’exprimer, à débattre et à voter en direct, au coeur de la Salle de la Cité. A ne pas rater assurément !

Prendre son p’tit déj’ à Mythos ? mais oui, c’est possible ! grâce à la Cie Derezo et à son Le petit déjeûner ! Rien de tel qu’un frichtis théâtral au Cabaret Botanique pour se réveiller ! A réserver sans faille vendredi 07 avril, 8h pour les plus matinaux et 9h15 pour les lève-tard…

La part belle aux décibels

Et parce que le festival est désormais indissociable d’une programmation musicale, qui plus est éclectique, coup d’oeil sur les soirées et leurs décibels…

Au choix, optez pour : The Limiñanas et leur rock garage psychédélique ; Gaël Faye et son rap poético-réaliste à l’heure de l’apéro ; la lecture de poèmes par PJ Harvey herself ; les teintes sombres et ténébreuses du nouvel album de Timber Timbre en avant-première (avant même la sortie de cet album !) ; le légendaire bluesman Paulo Furtado ou The Legendary Tigerman ; La Comtesse aux pieds nus aka Olivia Ruiz ; le show dansant et animé des Puppetmastaz ; l’envoûtant Mathieu Boogaerts ; le toujours accompagné Rodolphe Burger (& invités) ; Nosfell le singulier envoûtant ; le goût du Liban avec Bachar Mar-Khalifé ; la beauté mélancolique de Keren Ann ; la malice du récital de François Morel ; un beau moment avec Vincent Delerm à l’Opéra ; les teintes disco-electro-pop de Naive New Beaters ; la sensibilité d’Emily Loizeau ; l’univers filmique de Michel Legrand ; l’artiste masculin de l’année 2016 alias Vianney ; la mélancolie persistante mais charmante d’Albin de la Simone ; le roi du dance-floor Etienne de Crecy ; le duo electro-rap détonnant franco-californien Allta ; l’electronica vaporeuse de Thylacine ; les sonorités chantantes et joyeuses des Caraïbes de Calypso Rose ; ou encore le gouailleur tendre et attendrissant Thomas Fersen… Comme un inventaire à la Prévert de l’embarras du choix qui vous guette !

Pour les plus petits, faites valoir vos droits à fouler le dance-floor comme les grands ! Boom #1, rien que pour vous et vos gambettes dimanche 02 avril à 16h au Cabaret. Et comme il n’y a pas de petit plaisir, c’est rebelote avec Boom #2 dimanche 09 avril toujours à 16h au Cabaret.

Prêts pour une plongée dans les mots et les décibels de cette nouvelle édition Mythos 2017 ? foncez sur la billetterie, il n’y aura malheureusement, comme tous les ans, pas de place pour tout le monde ! (et on nous murmure même dans l’oreillette que certains spectacles affichent d’ores et déjà complets..)

____________________________

Mythos 2017 en pratique

Quand ? du 31 mars au 09 avril 2017
Où ? sur la bucolique pelouse du Thabor ou dans les salles de Rennes et de proche Navarre brétilienne
Toute la Programmation
Billetterie

Laisser un commentaire

* Champs obligatoires