L’appel lancé par François Cheng au chevet de Notre Dame de Paris.

 

 

Une ville prête à incendier les astres.

Le ciel de Paris s’est embrasé, le ciel éclaboussait ses grenats, ses orangers, ses terres brûlées, ses ocres noircis de suie, depuis les collines de Meudon on devinait une ville prête à incendier les astres. Dans la journée du 15 avril 2019 le feu s’est infiltré dans la cathédrale de Notre-Dame , à la jointure des murs embrassant ses poutres, ses planchers, pour mieux anéantir ses voûtes, tel un funambule il a gravi les tours, et s’est lancé vers la flèche de Notre-Dame.

 

Toutes les rancœurs du ciel de Paris, toutes les peurs, toutes les terreurs se sont déversées pour alimenter le feu profane. Est-ce le prix de la paix à payer, pour que Paris et toute la France puissent se réconcilier avec son passé, pour que les hommes et les femmes de ce pays se retrouvent dans une fraternité nouvelle.La flèche de la cathédrale Notre-Dame de Paris s’est affaissée, dissoute dans le fracas, comme si dans un dernier souffle elle repoussait ses sauveteurs.

Ce lieu, le point Zéro, de tous nos chemins

Ce lieu, le point Zéro, de tous nos chemins, vers les quatre points cardinaux du pays, est le lieu des démunis, là ou Quasimodo, lui le bossu trouve sa place. Cette grande dame n’est pas la cathédrale des rois, mais la cour des miracles, des sans voix, de tous ceux qui ne sont pas entendus.

 

Dans le fracas des flammes, et les cris des pompiers c’est la France et l’Europe et le monde qui ont perçu les signes d’un événement terrible et unique. À l’aube, dans les fissures des tours, par les anfractuosités des murs le soleil est venu éclairer la vierge et l’enfant au cœur de Notre-Dame. Le cœur de Paris n’a pas été touché, peut-être que ce jour-là, précède un autre jour, et enfantera un autre monde.

L’âme de Paris retrouvée,

François Cheng parmi les écrivains et les journalistes présents à la Grande Librairie fit entendre sa voix dans un silence de cathédrale.

En 1948 il renaissait en France après un exil douloureux depuis sa Chine natale.

L’âme de Paris retrouvée, celle de la fraternité et de la gratitude envers Notre Dame affirme la spiritualité d’une église certes, et bien plus celle du peuple de Paris. La spiritualité de François Cheng sans cesse troublé par la beauté, ébloui par celle de la cathédrale de Paris témoigne de l’élan qu’il a senti grandir de toutes les chapelles, de toutes les communautés de toutes les opinions et de toutes les religions, il le traduit en terme de vérité ou de liberté.

 

La sauvegarde de ce patrimoine, et l’admiration exprimée aux soldats du feu, furent comme les points d’orgue de ces premières heures de l’aube, nous ensemble, et tous réunis vers le même objectif rendre Notre-Dame de Paris à sa beauté première, la vrai beauté selon François Cheng peut sauver le monde. Pourtant rien ne laissait imaginer que cette ferveur unissant toutes les classes sociales, valorisant tous les livres qui parlent comme Victor Hugo de la beauté de Notre-Dame, allait se déployer avec une telle force dès les premières heures du jour.

 

La France a perdu une mère, son absence est cruelle, nous avions tant de chose à lui confier, tant de mots pour marquer notre gratitude, et nous n’avons pas eu le temps de les calligraphier.Mais le temps de la reconstruction est arrivé pour marquer d’un nouvel élément élan, l’ardeur de vivre ensemble. Demain une autre flèche traversera le ciel. Sur les quais les livres de nouveaux s’aligneront, comme tous les mots que nous n’avions pas pu dire à Notre-Dame. Enfin le temps est venu de réconcilier la France et l’Europe avec le monde.

François Cheng a publié récemment  Enfin le royaume

2 commentaires sur “L’appel lancé par François Cheng au chevet de Notre Dame de Paris.

  1. Alba Limousinova

    Grâce à Notre-Dame, nous pouvons dorénavant parler de matrimoine.

  2. Catherine Ruffin

    J’éprouve une immense gratitude à l’égard de François CHENG qui a su décrire ce désastre avec des mots justes et poignants. Ce drame se situe bien au delà de toute appartenance à une quelconque communauté religieuse, politique ou autre, bien au delà aussi de la splendeur de PARIS, voire de notre Pays ; ce drame nous renvoi avec humilité à la recherche désormais perdue de la beauté et de vérité de notre Humanité, incarnée par cette oeuvre majeure. Ce désastre puisse t-il au moins réduire quelques haines, cruautés et blessures collectives ou simplement nous permettre de construire, au plus près de l’identique, cette oeuvre universelle qui renaitra ainsi de ses cendres…

Laisser un commentaire

* Champs obligatoires