La Vi(lain)e n’est pas un long fleuve tranquille…

La question du devenir des ouvrages de couverture de la Vilaine en plein centre-ville a toujours fait débat. Pourtant, la transformation imminente du Palais du Commerce nécessitera inexorablement le réaménagement des espaces publics aux abords du bâtiment et de la place de la République. Des décisions devront donc être prises rapidement.

Attention, « Peinture fraîche » sur les murs de la ville !

Depuis quelques semaines, une personne s’amuse à coller des inscriptions « Peinture fraîche » sur le mobilier urbain du centre-ville de Rennes ou sur les façades de bâtiments, comme le montre notre photo prise rue Saint-Louis. Précisément, nous les avons vu scotchées sur une poubelle du Mail Mitterrand, sur une balustrade du pont juxtaposant le […]

Le chantier de la gare de Rennes : un éternel recommencement ?

L’histoire est un perpétuel recommencement. Alors que les travaux de la gare touchent bientôt à leur fin, il y a 80 ans, pratiquement jour pour jour, le quotidien Ouest-Éclair titrait également sur sa rénovation et sa modernisation. En 1939, la gare ne correspondait déjà plus aux nécessités d’une « grande station moderne ». On procédait […]

[Histoire] : Au nom de la rue du nez qui coule…

Reliant l’avenue Janvier à la rue Saint-Hélier, la rue de la grippe à Rennes est une toute petite ruelle piétonne, longue d’à peine une trentaine de mètres. Avoir le nom d’une maladie n’est pas anodin et plutôt cocasse. Cela ne nous a d’ailleurs jamais laissé insensible et notre imaginaire foutraque supposait déjà que celui-ci avait été donné à la suite d’une épidémie mortelle qui aurait fait de nombreuses victimes, toutes décédées dans d’atroces souffrances. Mais c'est une méprise de notre part sur la signification du mot grippe ici ! Voici sa véritable origine...

[Histoire] : Au 23 de la rue d’Inkermann, on feignait d’oublier la guerre d’Espagne…

Nous sommes en 1937. Quartier Arsenal-Redon... Le long de la rue d’Inkermann, il n’est pas rare d’entendre des injonctions dans la langue de Miguel Hernández. Et pour cause ! Au numéro 23, la vieille bâtisse est réquisitionnée par la préfecture d’Ille-et-Vilaine pour héberger une centaine de personnes, principalement des femmes et des enfants, qui ont fui l’Espagne alors en pleine guerre civile. Poussées sur les routes de l’exil, elles font parties de la première vague de réfugié·e·s accueillie  dans notre département avant la terrible ′Retirada′ de 1939. Ainsi et dès que le temps le permet, les enfants ne se privent pas pour aller jouer dehors dans le jardin. Crier, courir, se défouler sont des étapes bien utiles pour essayer de retrouver un semblant d’innocence malgré les horreurs vécues et perpétrées par les adultes de l’autre côté des Pyrénées . Retour sur une histoire trop peu connue.

[Histoire] : Quand la piscine de Mr Janvier a bien failli prendre l’eau !

Classée monument historique depuis 2016, la piscine Saint-Georges est un lieu emblématique et indissociable de Rennes. Pourtant, en 1922, c'est la douche froide pour la municipalité de Jean Janvier. Une large majorité des habitant·e·s de la ville ayant pris part à un référendum organisé par Ouest-Eclair est contre sa construction. Il faut dire que le journal joue un rôle important dans l'opinion.