«Swing in Rennes #4» ou la belle Histoire du Hot-Club de Rennes : 1950-1955, Les dernières années

La fin des années 40 est difficile pour le Hot-Club de Rennes. À l'âge d'or des années qui suivent la libération, succèdent les défections et les divisions qui laissent les jazzmen de la rue St Georges dans une impasse. Pourtant, après quelques mois, l'amour de la note bleue unit à nouveau les musiciens. L'activité étudiante de la ville réveille l'association, qui connaît encore de belles réussites.

« Swing in Rennes #2 » ou la belle Histoire du Hot-Club de Rennes : 1943-1944, Swing & Libération

Rennes, automne 1942. La guerre connaît ses premiers tournants et, en France occupée, la résistance se structure, la milice s’enhardit. À Rennes comme ailleurs, les temps sont durs alors que le conflit s’éternise. Les Etats-Unis, patrie du jazz, sont en guerre contre l’occupant depuis douze mois. Pourtant, au sein du Hot-Club de Rennes, les pionniers du jazz rennais préparent leur deuxième festival. Et si l’on masque le nom des compositeurs américains dans les programmes officiels, c’est bien de swing qu’il s’agit.

« Swing in Rennes #1 » ou la belle Histoire du Hot-Club de Rennes: « Jazz & occupation 1940-1942 »

Il fût un temps où au cœur de Rennes résonnait l’un des meilleurs swings de France. À l’heure où les nazis rentraient dans la capitale bretonne, une poignée d’étudiants allaient créer le hot-club de jazz le plus actif de province, relais parfait à l’ouest du fameux hot-club de France des Charles Delaunay, Hugues Panassié et autre Django Reinhardt…Le Hot-Club de Rennes viendrait à organiser les cinq premiers festivals rennais de jazz, à enregistrer quelques galettes et à remporter trois années de suite le très convoité tournoi des espoirs du jazz, au nez des Boris Vian ou Claude Luter. Retour, en quatre épisodes, sur une histoire injustement méconnue sur les bords de la Vilaine.

Superbe concert d’Avishai Cohen pour Jazz à l’Ouest

Très belle soirée jazz et trompette tout en contraste, jeudi 25 novembre à la MJC Bréquigny. Le projet franco-mexicain "Percepcion" ouvrait par une enthousiasmante performance mariant mini-brass band de jazz libre et expression plastique, alors le quartet d'Avishai Cohen gratifiait l'assemblée d'un très beau concert d'un jazz sensible et habité.

Ce mercredi, Avishai Cohen 4tet à la MJC Bréquigny pour Jazz à l’Ouest

On dit de lui que la crème des musiciens de New York se bousculent au portillon pour jouer avec le trompettiste, surtout depuis la sortie, en mars de cette année, du bien nommé Into the Silence, comparé dans les médias spécialisés à une certaine sorte de bleu, par un autre trompettiste, à une autre époque. La notre est assez calme, côté jazz, à Rennes, en dehors de la vingtaine "Jazz à l'Ouest": l'occasion de filer à la MJC Bréquigny, ce jeudi 23 novembre, sans bouder son plaisir...

Plaisirs Afropop à l’Antipode pour Jazz à l’Ouest

Grosse température à l'Antipode ce jeudi 10 novembre pour le Tout Puissant Poly-Orchestre de Cotonou! Le savant mélange de membres fondateurs septuagénaires et de nouveaux membres venant pallier aux défections du légendaire ensemble béninois impose une implacable afropop dans une salle comble, préparée à la fête cuivrée par l'heureuse fusion mandingue des Terikan.

Le Poly-Rythmo de Cotonou à l’Antipode ce jeudi!

Alors que les rééditions des orchestres africains 70's sur Analog Africa ou Afrostrut n'en finissent plus d'irriguer avec bonheur la sève de toutes les branches des musiques actuelles, l'Antipode accueille jeudi 10 novembre le plus ancien, et l'un des plus influents et fertiles combos africains du demi-siècle écoulé: l'Orchestre Poly-Rythmo de Cotonou vient défendre sur scène sa nouvelle galette, Majafalao.

Retour sur la Bikini Machine Release Party à l’Ubu

Un Ubu archi-comble accueillait jeudi dernier les réjouissances célébrant la sortie du quatrième et parfait album de Bikini Machine "Bang On Time!". L'heureuse succession des concerts et des sets dj s'est révélée à la hauteur de l'enregistrement (le meilleur?) du combo rennais, avec une belle odyssée auditive dérivant quelque part entre les tracks des compilations Wizzz!, Nuggets et une musique de film imaginaire, le tout boosté par une érudition commune de tous ces acteurs autour des sixties.