Le nouvel aménagement de la Butte des fusillés de la Maltière

Il y a des lieux qui sont des leçons d’histoire. L’ancien terrain militaire de la Maltière à Saint-Jacques-de-la-Lande en est un. L’endroit est empreint d’émotion et emblématique de la Résistance en Bretagne.

Pour rappel, durant la Seconde Guerre mondiale, l’armée allemande avait pris l’habitude d’y venir fusiller les résistants. En tout, ce seront 76 hommes qui tomberont sous les balles d’une justice d’exception entre 1940 et 1944 dont 25, pour la plupart communistes et cheminots, lors d’une exécution collective au matin du 30 décembre 1942. A l’occasion du 75e anniversaire de cette fusillade, la mairie de St-Jacques a procédé à un réaménagement du site comme nous l’indiquions déjà dans cet article. Un parcours de mémoire invite désormais au recueillement.

©Alter1fo : La Maltière – 76 stèles

Oublié le vieux portail rouillé à l’entrée ! Dorénavant, une plaque ′Butte des fusillés de la Maltière′ indique clairement le nom du site. Après le décapage des abords, c’est une grande allée composée de 76 stèles bicolores  qui se présente à nous (voir la photo ci-dessus). Sur chacune d’entre elles, le nom, l’âge de la victime et la date de son sacrifice.

Classé par ordre chronologique, la première stèle est celle de Marcel Brossier, le premier résistant exécuté en Bretagne pour acte de sabotage, fusillé le 17 septembre 1940 (relire Moi, Marcel Brossier, fusillé à la Maltière). On retrouve également celle de Paul Hervy, le plus jeune, mort à 18 ans.

©Alter1fo : La Maltière – Marcel Brossier
©Alter1fo : La Maltière – Paul Hervy

En face de l’allée se dresse le parvis, lieu des cérémonies. Celui-ci a été agrandi et mieux mis en valeur grâce à la toute nouvelle plaque qui en impose et qui traverse de haut en bas la butte remplaçant ainsi l’ancienne, beaucoup plus petite.

©Alter1fo : La maltière – Le Parvis

Enfin, derrière le polygone de tir, végétalisé avec du lierre, quatre pupitres retracent l’histoire du lieu, les dates clés de la Résistance et les dernières paroles de certains condamnés à mort. En voici quelques extraits :

« Je tombe, frappé par la barbarie des hommes. Nous n’avons pas été jugés mais lâchement assassinés.» (Joseph Vaillant, 21 ans, fusillé le 30 décembre 1942)

« Oh, monsieur l’aumônier, ne vous en faites pas. Je suis content, moi, de mourir pour la France. » (Roger Barbé, 21 ans, fusillé le 4 octobre 1941)

« L’assassinat d’honnêtes ouvriers , pères de familles par les bourreaux nazis sera vengé. » (Jean Jaffres, 31 ans, fusillé le 30 décembre 1942)

©Alter1fo : La maltière – Les pupitres

On salue l’initiative et la réalisation sobre et épurée, effectuée par l’agence d’urbanisme UNIVERS.

PS : On regrette toutefois le manque de signalisation pour localiser l’endroit depuis la route Frédéric Benoit.


|PLUS d’1FOS|

Moi, Marcel Brossier, fusillé à la Maltière

La Maltière, 75 ans d’histoire et un nouveau visage
Émotion et hommage à la Butte de la Maltière 
Rennes se souvient de ses résistants

 

 

2 commentaires sur “Le nouvel aménagement de la Butte des fusillés de la Maltière

  1. Yves Picard

    Paul Henry ou Paul Hervy comme indiqué sur la borne ?
    Pourquoi la mention « © » ou « @ » sur les photos ?
    Amicalement,
    yp

  2. Politistution

    bonjour Yves, merci pour la remarque. L’erreur est corrigée, il fallait bien lire Paul Hervy. Le symbole © est là pour signifier que la photo est propriété d’alter1fo, uniquement pour çela.

Laisser un commentaire

* Champs obligatoires