[2019] Des bouq’1 sous le sap1 #2 – Matin Minet – Le point du jour d’Anne Herbauts

Bienvenue dans notre calendrier de l’Avent Altérophile ! C’est reparti pour notre petite sélection de livres en papier en forme de calendrier de l’avent bibliophile. On continue très fort avec en ce deuxième jour, un merveilleux album pour les minots.

Matin Minet – Le point du jour – Anne Herbauts – Pastel

Anne Herbauts écrit ses deux N à l’envers et nous met l’âme et le cœur sens dessus-dessous depuis un paquet de publications déjà. C’est à la Courte Échelle, la belle librairie rennaise jeunesse qui fait de la place sur ses rayons pour les projets atypiques, parfois confidentiels, qu’on a découvert l’univers de l’autrice Belge [qui elle, ne l’est pas, confidentielle, puisque déjà sélectionnée à plusieurs reprises pour le prix Astrid Lindgren]. Un grand album aux éditions Grandir, une lettre de sœur à sœur, Vague, qu’on a lu entre deux étagères, l’œil vite humide. Je ferme les yeux pour faire glisser les larmes. Sinon je vois flou nous murmura plus tard le chien au cœur blessé de cardiogramme (Édition de l’an 2, 2002) dont la douceur crayonnée s’éveillait sur les aspérités du papier et filait en lignes ramifiées de l’âme au cœur, palpitant en battements jusqu’en haut d’une falaise. Ligne fragile d’où s’élancer, peut-être vers le ciel et son oiseau au ventre-coeur. Alors on suit, depuis, l’artiste belge, dont les esthétiques prennent toujours des chemins différents : crayons, collages, papiers peints, couleurs vives ou pastels, aplats de gouache, dessins qui s’expriment par l’absence ou le vide, se figent une page sur le papier glacé ou en font apparaître les filigranes. Toutes différentes, profondément, dans les atours/détours qu’elles prennent, mais immédiatement attachables à leur autrice, les œuvres d’Anne Herbauts tissent la magnifique armure d’un univers, qui parce qu’il est sensiblement singulier, peut se permettre les pluriels. Pleins, et pleins également de l’espace qu’ils donnent à leurs lecteur.rice.s, les livres d’Anne Herbauts sont de ceux qui vous accompagnent longtemps, de ceux qu’on relit souvent.

Portrait of Anne Herbauts – November 2014 ©Dyod – Yves Dethier

Anne Herbauts écrit des livres pour les enfants, des livres avec des théières et des éléphants, mais des livres qui parlent aussi aux grand.e.s. « De temps en temps le minuscule rempli[t] un jour entier » murmure le livre. Des livres où l’indicible se glisse dans les ornières, se tient dans les lisières, pour que « de temps en temps un mot et une image se frottent (…), acte d’amour abstrait, merveilleux » (De temps en temps, Esperluète éditions, 2006). « De temps en temps, je criais pour savoir si je savais encore parler. parler en dehors de moi, en dehors de ce couloir qui longe le texte et l’image. » En même temps autrice et illustratrice précise l’artiste bruxelloise « Je ne suis ni dans l’image, ni dans le texte, mais dans les deux à la fois. J’écris entre les deux » , Anne Herbauts interroge constamment l’objet livre. « Pour écrire, on entre dans un format qui impose un rythme, une respiration – les pages – et donc, dès le départ, je suis obligée de prendre en compte le fonctionnement du livre, ce support particulier, très simple, mais qui permet énormément de choses. » confiait l’artiste ici. Se proposant par exemple dans Lundi d’induire la disparition du personnage à mesure que le grammage du papier s’amenuit, page après page. Ou ailleurs, quand Madame Avril réfléchit, le jardin s’agrandit, la page se dépliant en double pour ces moindres petites choses qui sont ces choses trop grandes qu’on n’arrive pas à dire. Dans de quelle couleur est le vent?, une palanquée de personnages donne sa réponse, avant que le livre ne propose finalement de faire défiler les pages sous le pouce, pour faire du vent, les couleurs des pages éclatant dans un spectre coloré alors que l’air bruissant souffle doucement sur le visage.

Dans cet interstice entre images et mots, l’autrice-illustratrice aux N inversés où l’alphabet se fait image et les lettres miroir, tisse des histoires, des fils, des liens, qui sont à suivre les pieds et le nez en l’air. Garagargouille de l’Arbre Merveilleux «dérobe à la Sorcière une petite bobine de fil qu’il lance par-dessus la forêt. C’est un fil magique, un fil d’histoire.» A nous de jouer les Ari-a(n)ne et d’avancer serein.e.s dans les labyrinthes merveilleux qu’Anne Herbauts a tissés pour nous. Pour son nouvel album, Matin Minet – Le point du jour, l’artiste parvient (c’est nous qui l’affirmons) comme elle l’espérait à « un livre où (elle) travaille[…]  la respiration image après image, en direct » , un album vert, pas très grand, paru à l’automne chez Pastel, la griffe belge de l’école des loisirs.

Matin Minet – Le point du jour – Anne Herbauts – Pastel

Peut-être le premier d’une série centrée autour d’un personnage aux douces moustaches, un chat qui comme les Touim’s de Ponti, vit dans un arbre-maison, « perché, point trop haut, dans une maison-escabelle » et dont le nom, Matin Minet, évoque la belle expression dès potron-minet, qui parle du petit derrière des chats (à l’origine, des écureuils) qu’on apercevait courir aux premières lueurs de l’aube. C’est d’ailleurs de cela dont il est question. Du point du jour. Car notre désormais ami (il l’est devenu immédiatement lorsqu’on a vu ses petites pattes et son sourire confiant reposer sur l’oreiller d’un petit lit perché au sommet d’un escalier), qui héberge sous son toit un joli petit charançon, le très mignon Hadek (dont la chambre minuscule sous le toit provoquera la gourmandise dans les yeux des loupiots) aime se lever tôt pour se laver le minois et petit-déjeuner. Faisant ensuite des miettes de son repas matinal trois petits tumuli pour son ami qui dort encore à poings fermés. Oui mais voilà, cette nuit-là, cette nuit où commence l’histoire, un gros cauchemar bouleverse notre doux minou. L’œil encore à moitié fermé, les moustaches toujours emmitouflées de sommeil, Matin Minet a la tête à l’envers et se décide à mettre son « oreiller à la place de ses pieds » pour « mieux dormir et bien rêver » . Dans ce monde inversé, notre minet se trouve réveillé à l’aube par « un brin de lumière juste au coin de l’œil » Entre les arbres, les rayons se faufilent par la fenêtre illuminant son visage doux encore tout chiffonné. Et intrigué par cette étrange découverte, que son ami Hadek nomme le « point du jour » il décide de partir à l’aventure pour le voir et le toucher.

Matin Minet – Le point du jour – Anne Herbauts – Pastel

Il leur faut bien sûr le bon équipement (notamment du chocolat et un thermos à capuchon, à boire fumant lorsque le jour tombe) et des rencontres où chacun y va de son explication toute personnelle. Les personnages des contes et des histoires (des qu’on connaît, d’autres qu’on découvre) s’emmêlent aux mots de Rimbaud (frais cresson bleu et petit val où la lumière pleut): Pinocchio est une taupe qui accuse Monsieur Pomme de Pin de mensonge, tandis que Michka est devenu facétieux roitelet et que le chat Mystère cousine avec l’oiseau Boule de gomme. Mots tout simples, mots savants ou désuets caracolent en regard de bouilles douces et poilues, de petites pattes serrées autour de tasses fumantes, d’aiguilles de sapins d’un vert chaleureux. Une araignée qui ne brode pas, un ours tout miel et le merveilleux tigre en peluche Doudoumir plus loin (et on en passe, des un peu effrayants grand grenadier et carabinier à l’âne trempé de lumière), on découvre que la  quête n’appelle pas une réponse, mais que la question déroule le fil des possibles, ouvre d’abord grand les écoutilles. Même si comme les petit.e.s lecteur.rice.s, on gardera au creux de l’oreille la merveilleuse explication murmurée dans un trou de mousse par Michka (suggérant même peut-être à nos loupiots de la chuchoter aux oreilles endormies de notre Matin Minet à la dernière page). Et à ceux, chagrins, qui trouveraient les œuvres de l’autrice-illustratrice un poil ardues pour les petites mains, on revendique l’intelligence et la finesse des lecteur.rice.s minots dont les yeux à la lecture de ce bel album (et pourquoi ne les accompagneriez vous pas) devraient briller autant que le point du jour à sa découverte. Parole d’honneur.

 


Anne Herbauts, Matin Minet – Le point du jour, album, Pastel, Prix : 11,50 €

1 commentaire sur “[2019] Des bouq’1 sous le sap1 #2 – Matin Minet – Le point du jour d’Anne Herbauts

  1. BEM

    D’accord. Je veux bien celui-là. Merci ! <3

Laisser un commentaire

* Champs obligatoires