Les Furies de Lauren Groff

 

Le mariage est un tissu de mensonges, gentils parfois ou d’omissions cruelles souvent. Si tu devais exprimer ce que tu penses au quotidien de ton conjoint, tu réduirais tout en miettes. Elle n’a jamais menti. Elle s’est contentée de ne pas en parler. Nous connaissons tous quelques auteurs, mais au-delà c’est un flou, un brouillard que l’on tente d’estomper. C’est bien le sentiment que j’éprouve devant ce livre «  Les Furies » de Lauren Groff, ah ! Si elle avait pu me réserver un entretien, dommage.

J’avoue avoir adoré ce livre, car je suis aux anges quand la prose me résiste quand l’histoire est opaque et les personnages insaisissables. J’ai fouillé cette jungle avec plaisir dans ce roman fleuve aux échos si discordants.

1 Lancelot et le théâtre contemporain

S’il fallait retenir un thème, ce serait l’art de maquiller et de se maquiller. C’est un livre sur le théâtre, certes, mais est-ce un livre sur les rapports amoureux, est-ce un livre sur l’enfance, ou est-ce un livre qui met en scène une femme et sa mère dont nous nous ne savons pas grand-chose mais qui est peut-être le personnage le plus manipulateur.

Donner la parole à Lotto, le dramaturge, sans trop se poser de questions, revient à dresser une très belle fresque du monde du théâtre et désigner naturellement Lancelot Satterwhite, dit lotto, comme le grand dialoguiste américain, auteur de la sublime tragédie, « Les Sources ».
la narration, s’engage, alors sur la mise en scène d’une caricature débridée de ce théâtre contemporain, Lauren Groff s’y lance avec furie à n’en pas douter, car elle se délecte.
Les créations de Lancelot sont de plus en plus fantaisistes et confuses. Elles seront pourtant d’autant plus acclamées par les critiques branchés, et notamment Phobe Delmar la bête noire des auteurs, quelles sont fumeuses et énigmatiques. Leurs succès seront éphémères et comme par hasard leurs qualités s’effondrent.le grand n’importe quoi, éclate avec Antigonade, la nouvelle version d’Antigone, un mixage de la Grèce, antique, et de l’Angleterre d’aujourd’hui, puis un assemblage de tous les arts, de la vidéo qui se substitue au texte, de l’opéra en direct avec les bruits de la rue et du métro pour remplacer les acteurs.
Ainsi, à l’acte un, » il y a sur la scène une citerne remplie d’eau , éclairée pour imiter une grotte! Un chœur d’ Ouvriers perçant le tunnel…p 174″.

Dans cette ambiance déjantée le créateur d’Opéra, Léo Sen, apparaît dans l’intrigue, à point nommé. C’est le signal que Lauren Groff préparait pour faire basculer son récit. Léo Sun ce jeune musicien cache un mal être trop profond, il ira le sonder seul, dans des eaux trop glacées, finissant congelé. Cet épisode, annonce la 2ème partie, et se fixe l’objectif sur Mathilde.

2 Mathilde ou l’envers des décors
Tout ce qui était beau se fissure, les personnage flottent avant de sombrer, des intrigants sont démasqués, l’arrivée d’un jeune homme, va créer un malaise.

Ainsi s’ouvre la deuxième partie, sur la vie du couple Lancelot-Mathilde, vue avec les yeux et le passé de Mathilde. On ne sait rien de Mathilde ou si peu, comme la déclaration faite par Lancelot au cours de ce bal d’étudiants, « épouses moi aujourd’hui » Mathilde a répondu oui. Cette version est celle de Lancelot, celle qu’il racontait.
Mais était-ce la vérité ?
Mathilde d’où vient-elle, quel est son nom ? Son passé ? Nous découvrons bien vite que Mathilde est plutôt une femme trouble un personnage complexe, une Mata Hari prête à tout pour arriver à ses fins. Espionne et parfois aventurière son passé va l’aider à conquérir Lancelot. Pour cela il faut passer par-dessus la mère, la maman de Lancelot qui veille, un pacte sera scellé, inconnu de tous.

Mathilde a des comptes à rendre une vengeance ou des vengeances à solder cette deuxième Mathilde sorte de mégère va déployer dans l’ombre toute sa méchanceté. Rappelons-nous ce vers de Jean Racine ou une des Mégères, personnage de la Grèce antique, la plus hideuse des furies est évoquée : « Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ».
Cette deuxième partie, est un festival, c’est la réécriture de la vie du dramaturge Lancelot qui n’aurait jamais pu émerger sans sa muse.

Un livre passionnant qui renvoie à de nombreuses facettes de la vie des jeunes Américains.
Reste à découvrir cette fresque et à se faire sa propre opinion de ce roman à tiroirs. Mais que le caractère de Mathilde est intéressant, enjôleuse telle une Mata Hari dans toutes ses excessives postures, alimentée par une enfance d’apocalypse où traîne quelles que cadavres.

3 Citations

Entre leurs deux peaux, le plus fin des espaces, à peine assez pour l’air, pour ce voile de sueur qui à présent refroidissait. Et pourtant, un troisième personnage, leur couple, s’y était glissé

À un moment, malgré son intelligence et son art d’administrer les choses, elle était devenue une épouse, et les épouses, nous le savons tous, sont invisibles. Les elfes de minuit du mariage.

Laisser un commentaire

* Champs obligatoires