Franz kafka rencontre Julie W un amour impossible ?

Heiraten, (Noces, ou au sens strict : « S’unir avec » en langue allemande) est le récit bouleversant des rencontres amoureuses de Kafka avec deux jeunes filles dont Julie W., nouées avec ce brin d’espoir, « la mort attendra bien encore un moment ».p44
Le texte est un pur cristal, comme un verre dans la lumière floue du matin, comme le cristal de Roederer, fragile bouquet de parfums, de sentiments indicibles, un moindre faux pas et tout se brise, pour ces âmes clouées à un corps trop frêle.
« Nul ne lira ce que j’écris ici; nul ne viendra m’aider », Max Brod n’a pas détruit l’œuvre de Kafka, et les documents sont restés intacts même les plus secrets.
Et nous lisons ce qu’il a écrit, malade de la tuberculose, comme Julie W, comme Gerti W.
Dourvac’h a restitué dans Heiraten, tous les éléments de ces rencontres, des photos, des lettres, notamment de Kafka, jusqu’à émailler son texte de paroles en allemand ou en Yiddish, apportant une étrangeté comme une sorte de grâce, entourant le son de leurs voix.
Texte d’un romantisme absolu, les mots sont fragiles, ils portent une ferveur amoureuse et une menace douloureuse, « t’écouter c’est entendre la plainte de chacun des arbres, endurer leurs plus humbles tracas. »

Julie W un amour              impossible

Plus on avance dans le texte plus la sincérité et la puissance de leur amour paraît éclatante et inébranlable, « toi que j’aime jusque dans ta beauté tragique. »
Tout bascule, « car fuir, est impossible« , « viendra l’hiver je le sais bien.  »
« Je lui tiens la main le silence nous sépare, tu comprends, »dit Kafka à Julie, et plus loin encore, « nous ne pouvons nous marier puisque père t’a déjà insulté », et viendra la peur , « nous ne pouvons nous marier puisque j’ai si peur de mourir, et parce que tu devrais mourir à ton tour, et alors! dit Julie ! »
Dans ce récit, l’extrême sensibilité de Kafka est traduite d’une façon lumineuse, loin des clichés souvent exprimés par de bons érudits, pas mécontents de mettre sur le dos de Kafka, la seule partie noire de son œuvre.
Ce n’est pas une fiction imaginée par un fougueux romantique breton. Les dialogues sont en harmonie avec les écrits de Kafka, la mélancolie qui étreint Julie et Kafka, dans la recherche d’une issue, se heurte à leur maladie, à leur fragilité. L’aventure avec Gerti W est une diversion de plus, car « il ne sait pas parler du bonheur ».

Désespéré il en appelle à la mort, « La maladie se débarrassera de moi.Tout devra disparaître. Max       comprendra bien ça. »

Sanatorium Séjours nombreux de Kafka

C’est bien Kafka lui même qui va dans sa solitude, perdre sa fiancée, éprouver une dernière fois, l’amour impossible et la mort prévisible. Mort tragique que connaîtra 20 ans plus tard Julie et les trois sœurs de Franz dans les camps Nazis.
Que les lecteurs de Kafka se bousculent pour éprouver ce très beau texte, d’une poésie et d’une pudeur farouche, « Je n’ai plus froid… et tu es là, ça me suffit. Berces moi ».

– Mais toi, ton rêve ?
– Tu sais bien : je n’ai pas de rêves… Sans doute ma maladie…
– Menteur !
– Non, pas de rêves ici… ou plutôt : Veux-tu bien devenir mon rêve, Julie ?
– Je veux bien…

J’aimais laisser glisser entre mes doigts tes fines mèches blondes ; te souviendras-tu toujours de notre long baiser contre l’arbre au soleil ? Un bouleau dont l’écorce brille pour toujours contre l’ombre émeraude : entre ma bouche et lui, les lèvres d’une jeune fille de dix-huit ans…

Ces textes et cette douloureuse tension amoureuse a été réalisé par Dourvarc’h. Texte magnifique une pépite qui change notre regard sur Franz  kafka!

 » Je ne sais pas parler du bonheur.
N’est-il pas temps que j’apprenne ?
Un pas, puis deux dans la lumière…
Comme un enfant apprend à marcher.  »

Heiraten de Dourvac’h

des Editions Stellamaris à BREST P 15€   mes chroniques sur http://www.babelio.com/livres/Dourvach-Heiraten-Noces/772234

 

Enregistrer

Enregistrer

1 commentaire sur “Franz kafka rencontre Julie W un amour impossible ?

  1. dourvac'h

    Merci à vous, Alain ! Parmi les 15 [plutôt « bonnes »] critiques de ce petit livre illustré, parues sur l’espace communautaire de lecteurs « Babelio » depuis oct. 2015, la vôtre (reproduite dans ce bel espace où elle est splendidement illustrée) m’a semblé l’une des plus généreuses, lumineuses et chaleureuses… Amitiés du très petit auteur d’un ouvrage né « invisible » !

    Cf. lien page « Heiraten » sur le site des éditions Stellamaris : http://editionsstellamaris.blogspot.com/2015/09/heiraten-noces.html

Laisser un commentaire

* Champs obligatoires